Le nouvel album d’Angèle, pas le grand huit attendu

Avec “Nonante-Cinq” la chanteuse belge tourne (un peu) en rond.

Crédit photo : Manuel Obadia-Wills

Attendu pour le 10 décembre, le nouvel d’album d’Angèle a finalement leaké ce vendredi sur les plateformes de streaming. Une fuite orchestrée en réalité par la chanteuse belge, qui prouve que derrière une certaine simplicité, son équipe est bien aux faits des nouvelles tendances marketing de l’industrie musicale. Quelques jours plutôt, Angèle avait même choisi de passer par le case Netflix avec un documentaire sobrement ou égocentriquement selon les analyses, intitulé “Angèle”. Une introspection en images avant tout pour ses fans, qui ont pu se biberonner à de nouvelles révélations de la chanteuse, déjà enclin à communiquer largement avec sa communauté sur les réseaux sociaux. “Nonante-Cinq” donne la même impression, celle d’être un disque pensé sans prise de risque, saupoudré de fulgurances comme le titre “Démons” en featuring avec Damso, “Taxi”, mais aussi de vides poussant à l’ennui comme “Plus de sens”, “On s’habitue”.

On était habitués peut-être justement, à une chanteuse surprenante, surfant sur les sujets de société sans jamais tomber dans les clichés déconnectés de la réalité. Propulsée star en quelques années, Angèle qui semble devoir encore s’accommoder avec son nouveau statut, tombe pourtant dans le travers du nombrilisme. “Nonante-Cinq” s’accommode avec des banalités, des histoires personnelles embuées de paroles sans interêt. Sur la pochette pourtant, Angèle pose dans un roller coster, un grand huit dans lequel elle avait choisi de sauter pour annoncer la tracklist de son album. Le tout dans une vidéo drôle et attachante. Deux mots qui ne dessinent malheureusement pas les contours de “Nonante-Cinq” disons le aussi, bien arrangé musicalement. L’instrumentale de “Démons” vient même chatouiller des effluves Kavinskyeste, et se place comme l’un des titres rafraichissants d’un album qui tourne en rond, sans donner le tournis. Les fans les plus hardcore d’Angèle valseront eux sûrement, se plaçant comme les cavaliers d’une chanteuse légèrement essoufflée sur ce projet.

Découvrez également le clip de “Démons” avec Angèle et Damso. Et pour plus de belgitude, on a adoré l’EP de MEYY avec son RnB psychédélique.

5 décembre 2021

Previous Article

Lolo Zouaï offre une magnifique reprise symphonique à son titre "Desert Rose"

Next Article

4 collections inspirées des universités américaines

Related Posts
Lire la suite

Pourquoi le R&B français est-il si peu respecté ?

Réponse avec la critique et autrice Rhoda Tchokokam, qui dans son livre “Sensibles, une histoire du RnB français”, raconte pour la première fois l'histoire d'un genre trop souvent inconsidéré.