Ces petites marques françaises dépoussièrent le tricot avec style

Qui a dit qu’il n’y avait rien à chiner dans le placard de mamie ?

Crédit photo : Claire Francès

La tendance est à la seconde main et à l’upcycling. Et si de nombreux créateurs et friperies surfent sur la vague des années 90, d’autres ont décidé de remonter un peu plus loin dans le temps et d’aller piocher dans ce qu’on appellerait vulgairement le placard de votre grand mère. Vous voyez le napperon qui prend la poussière, qu’on a jamais voulu jeter parce que tout de même, ça représente un savoir-faire, mais qu’on a laissé dans un carton quelque part ? Et bien c’est justement lui qui renait de ses cendres. Il se fait même gilet, crop-top ou kimono. Le knitwear, comme on l’appelle en anglais, pour le rendre plus cool, est là pour rester.

Maison Cléo

Crédit photo : Chloé Bruhat

Fuck la Fast Fashion. Voici ce qu’on peut lire sur le compte Instagram de Maison Cléo, marque française dont toutes les pièces sont réalisées à la main. La griffe est une histoire familiale entre la fille Marie, et la mère Cléo, bien décidées à fusionner leur savoir-faire. “J’ai toujours travaillé dans la mode et également avec des jeunes créateurs (mon dernier job était manager du service VIP chez Vestiaire Collective pendant trois ans), et ma mère Cléo est une couturière diplômée”, explique Marie sur le site de la marque. Robe tricotée en coton, ensemble coordonnés en maille, mais aussi crop top en soie, chaque pièce possède un nom qui fait référence à une des femmes de la famille des deux créatrices.

Compte Instagram : Maison Cléo

Alicia Morgand

Crédit photo : Gauche/Off Spring Studio – Droite/Hélène Tchen

Alicia Morgand, installée à Lille, fait tout à la main avec son partenaire comme elle l’indique sur son site internet. Il faudra donc compter deux semaines après chaque commande, le temps de confection de votre vêtement. Parce qu’Alicia pratique le “made to order”, autrement dit le vêtement n’est fait que si la commande est passée. Diplômée d’une école de mode, Alicia Morgand s’est spécialisée dans le tricot en suivant une masterclass à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Depuis elle développe son style, mêlant mailles et manches bouffantes.

Compte Instagram : Alicia Morgand

UNDATED

Crédit photo : Goxeko / Undated

Sans date. Voici la traduction littérale de cette petite marque basée à Marseille et qui nous rappelle que la mode est un éternel recommencement mais aussi que la mode ne pourrait se faire sans Marseille et son esthétique ravageuse, sauvage et tout feu toute flamme. Parce que c’est bien ça qui caractérise UNDATED qui propose plusieurs pièces uniques en mailles tout en y injectant le caractère de Marseille.

Compte Instagram : UNDATED

Rose Carmine

Crédit photo : Louise Meylan

“Je tricote beaucoup et je fais très peu de dessins”, confiait la créatrice Sandrine Ganem, peintre sur porcelaine devenue créatrice de mode. C’est à elle que l’on doit les associations de couleurs de sa marque Rose Carmine qui mélange mohair et crochet sur de multiples pièces. Un patchwork coloré qu’elle travaille dans son petit atelier parisien, jusqu’à trouvé le parfait tie and dye. “Un passage de couleurs” comme elle l’appelle, qu’elle a déposé, et qui est devenu emblématique de Rose Carmine. Prix du pull : environ 560 euros.

Compte Instagram : Rose Carmine

Découvrez également 5 petites marques françaises en devenir qui misent sur la slow-fashion.

18 mai 2021

Previous Article

Vans célèbre la communauté LGBTQ+ avec un pack coloré

Next Article

HOLOGRAM® revisite son vestiaire streetwear avec une bonne dose de sud

Related Posts
Lire la suite

5 marques streetwear confidentielles

Lumière sur ces labels qui se font doucement mais sûrement une place parmi l'océan de marques déjà bien ancrées dans le paysage streetwear.