La dernière polémique autour de Léna Situations, un bon rappel sur le phénomène des relations parasociales

Les influenceurs ne sont pas tes amis.

Crédit photo : Printemps

La Youtubeuse Léna Situations, récemment enrôlée par adidas comme nouvelle égérie, s’est retrouvée au sein d’une polémique sur Twitter. La raison ? On lui reproche de se présenter comme une fille “du peuple” alors qu’elle n’en a plus le compte en banque. Celle qui avait débuté sur Youtube en se confiant sur son quotidien ordinaire d’étudiante est désormais prisée par les marques, de l’entrée de gamme comme Jennyfer avec qui elle a imaginé une série de sacs, tout comme des maisons de luxe comme Dior ou encore Miu Miu. Alors sur Twitter on s’interroge. La jeune femme peut-elle toujours parler à sa cible de la même façon maintenant que la réussite lui a sourit ? D’autres lui reprochent également la vacuité de ses derniers vlogs. Si le divorce ne semble pas encore être consommé avec sa fidèle fan-base, certains adeptes de la jeune femme se questionnent sur ce qu’ils attendent désormais de leur influenceuse préférée. L’occasion de refaire un point sur ce que sont les relations parasociales. Un concept introduit par les sociologues Donald Horton et Richard Wohl dans le Psychiatry Journal en 1956, et qui “réfère à une relation psychologique vécue par les membres d’un public avec des artistes et des personnages dans les médias et les arts (talk-shows, cinéma, littérature, musique…)”, comme le décrit le dictionnaire spécialisé de la psychologie, PsychologieDB.

Les filles comme les garçons peuvent en faire l’expérience

Si les premières études sur les relations parasociales se sont longtemps basées sur notre rapport à des stars de télévision, elles se sont peu à peu intéressées aux influenceurs. L’utilisation de l’écran ayant grandement évolué au cours des dernières années, ils sont devenus de nouveaux acteurs dans la mise en place de ces relations virtuelles. Le face-to-face offert par les réseaux sociaux ont accentué la proximité avec ces inconnus dont on semble tout connaitre. Ce qu’ils mangent, ce qu’ils détestent, ce qui les fait pleurer, leurs doutes, leurs angoisses… Toutes les émotions sont partagées à une communauté qui est abreuvée à une sorte de télé-réalité permanente, poussant à son paroxysme la relation virtuelle. L’internaute est seule face à sa célébrité, se créer alors une bulle dans laquelle se construit le fameux concept de relations parasociales.

C’est ce qui semble se passer avec Léna Situations, très proche de son audience et très active sur Instagram et YouTube. Mais comme elle le confiait en 2020 à 20 minutes, il peut-être difficile de trouver le bon équilibre sur la façon de parler à ses fans. “C’est difficile pour un influenceur de comprendre sa parole, l’influence qu’il a et comment l’utiliser parce qu’il n’y a pas d’école pour nous l’apprendre”. Dans une vidéo dédiée à ce phénomène, la YouTubeuse Marianne GLLC précise que la relation parasociale peut devenir étrange “lorsqu’elle devient réelle car il se crée une distorsion du temps. Par exemple peut-être que tu regardes une Youtubeuse depuis 5 ans déjà ce qui rend solide cette relation parasociale”. Seulement comme elle le rappelle, si vous rencontrez votre star en vraie, c’est la première fois pour elle, qu’elle vous découvre. Le lien de familiarité n’est donc pas du tout le même.

Un phénomène qui peut rappeler une certaine relation à Dieu

“Lorsque nous formons un lien parasocial avec quelqu’un, nous avons l’impression de le connaître vraiment”, expliquait au Huffpost Shira Gabriel, professeure agrégée de psychologie à l’Université de Buffalo aux États-Unis. “Nous savons logiquement que non, mais notre cerveau primitif ne s’en rend pas compte, donc le sentiment est réel. C’est donc vraiment difficile quand ils font quelque chose qui ne correspond pas à ce que nous savons d’eux”. Un état qu’elle explique, se manifestait déjà à l’époque Antique, ou tout simplement dès que les croyances envers Dieu sont apparues. “Le cerveau humain a probablement évolué à une époque où les gens avaient vraiment besoin de liens sociaux pour survivre”, détaille-t-elle. “Nous ne sommes pas physiquement forts comme les autres prédateurs de pointe, donc pour survivre, les gens devaient vivre en collectif”.

En janvier 2021 le média Metro proposait même un test pour vous aider à comprendre si vous étiez dans une relation parasociale. “Consultez-vous régulièrement les médias sociaux d’une personnalité médiatique ?, Avez-vous l’impression que vous et cette célébrité êtes des « âmes sœurs » ?, Avez-vous l’impression de pouvoir faire confiance à cette célébrité ?, Envoyez-vous des messages à la personne dont vous êtes fan ?, Dépensez-vous beaucoup d’argent sur des marchandises ou des produits qu’ils recommandent ?”. Autant de questions pour savoir si vous n’avez pas basculé dans une relation virtuelle sans vous en rendre compte.

Quant à savoir comment Léna Situations pourra adapter son nouveau statut à son audience, sans tomber dans les dérives des influenceuses sandwich, se libérant davantage des contraintes commerciales, laissons lui un peu de temps. Récemment la jeune femme avait choisi de mettre son statut au profit des étudiants en lançant une bourse d’étude avec l’école de mode Istituto Marangoni.

23 août 2021

Previous Article

Daily Paper dévoile une nouvelle capsule inspirée des étudiants de la diaspora africaine

Next Article

Aya Nakamura a imaginé une collection de lingerie avec Undiz

Related Posts
Lire la suite

“Je suis noire et je n’aime pas Beyoncé”

Est-ce qu’on peut être une femme noire et ne pas aimer Beyoncé ? C'est à cette question que tente de répondre la série documentaire menée par l'autrice Axelle Jah Njiké pour France Culture.