Une investigation est en cours sur la campagne présidentielle ratée de Kanye West

Notamment pour des dons effectués par des mineurs.

Crédit photo : Mario Sorrenti

La Commission Électorale Fédérale des États-Unis enquête actuellement sur l’échec de la campagne présidentielle de Kanye West menée en 2020, qui lui avait coûté la modique somme de 12 millions de dollars. Une investigation lancée à la suite de nombreuses plaintes à l’encontre de la campagne du parti de Kanye West. “En plus de cinq ans, je n’ai jamais rencontré quelque chose comme ça“, a déclaré Jordan Libowitz, directeur de la communication de Citizens for Responsibility and Ethics à Washington, un organisme de surveillance du gouvernement, qui a déjà intenté 14 procès fédéraux contre des activités illégales de financement de campagnes depuis 2016.

Les plaintes concernent notamment la nature des dons émis en faveur de la campagne du rappeur et entrepreneur Kanye West. En effet, plus de 1 200 de ses 3 161 dons proviendraient de mineurs, ce qui ferait un total de 349 160 dollars investis illégalement dans sa campagne. À noter que ces donateurs ont eu la promesse de recevoir du merch de Kanye West, ce dernier étant, cependant, introuvable sur son site. Une promesse dans le vent car à ce jour, aucun donateur n’a reçu quoi que ce soit de la part de l’ancien candidat. Rappelons que sa campagne était orientée sur une propagande anti-vaccin et anti-avortement, entre autres, en se positionnant lui-même comme “le candidat de Dieu“.

Découvrez également les actions menées par Beyoncé et adidas pour aider les habitants du Texas.

8 mars 2021

Previous Article

Matthew Williams transforme la Défense Arena en vaisseau spatial pour sa collection Givenchy Automne 2021

Next Article

Voici toutes les pièces de la nouvelle collab entre Supreme et Nike

Related Posts
Lire la suite

“Je suis noire et je n’aime pas Beyoncé”

Est-ce qu’on peut être une femme noire et ne pas aimer Beyoncé ? C'est à cette question que tente de répondre la série documentaire menée par l'autrice Axelle Jah Njiké pour France Culture.