Instagram risque de vous demander une reconnaissance faciale et voici pourquoi

Le réseau social renforce sa sécurité.

Crédit photo : Instagram

Alors qu’Instagram lançait une nouvelle option en réponse aux effets toxiques sur les jeunes utilisateurs dénoncés par le Wall Street Journal, c’est à coup de système de selfie vidéos que le réseaux social tente de mettre fin à un problème inhérent : les bots. Omniprésents sur la plateforme et sûrement dans vos demandes en DM, les bots, traduit en français par les robots, parasitent de plus en plus le réseaux social qui ne cesse de les poursuivre. Pour lutter contre ce fléau, Instagram a lancé une fonctionnalité vous demandant de vous soumettre à une reconnaissance faciale, comme lorsque l’on configure son Face ID sur l’iPhone. Une nouvelle requête afin de prouver que vous êtes bien un humain, si le réseau social juge que vos activités sont suspicieuses. Cette nouveauté survient alors que le groupe Meta, anciennement Facebook, a récemment annoncé qu’il allait supprimer la reconnaissance faciale sur les photos et vidéos de Facebook.

Collecte de données ou mesure de prévention ?

“Nous utilisons les selfies vidéo notamment lorsque nous pensons qu’un compte pourrait être un bot. Par exemple, si le compte aime beaucoup de publications ou suit une tonne de comptes en quelques secondes, les selfies vidéo nous aident à déterminer s’il y a une vraie personne derrière le compte ou non.”, explique Instagram sur Twitter en précisant que les vidéos sont examinées par ses équipes et supprimées dans les 30 jours. Meta a confirmé que cette vérification n’utilise pas de reconnaissance faciale, même si tout laisse à penser que c’en est une, et qu’elle ne collecte aucune donnée biométrique. Sur Twitter, l’arrivée soudaine de cette fonctionnalité a surpris les utilisateurs alors que l’application affirme avoir développé cet outil il y a un an déjà.

Quelques défaillances

Si ces selfies vidéos sont demandées uniquement aux comptes dont l’activité est jugée suspicieuse, certains utilisateurs affirment que l’authentification arrive de manière aléatoire et non justifiée. Alexander Chalkidis, un utilisateur de la plateforme, a pointé du doigt l’inefficacité de cette fonctionnalité en plaçant la tête d’une poupée Barbie à la place de son propre visage lors de la création d’un compte. Une tromperie réussie prouvant qu’il est théoriquement possible d’automatiser la création de comptes Instagram sans la présence d’un humain. Reste à savoir si le réseau social va continuer à déployer cette authentification tout en la mettant à jour, ou opter pour un autre système moins douteux vis à vis de la protection des données personnelles.

En août dernier, Instagram faisait tomber l’un des plus gros vendeurs de faux likes.

17 novembre 2021

Previous Article

De Nike à Dior, quelles marques mettent en suspens leurs collaborations avec Travis Scott ?

Next Article

Le bataille pour l'égalité des sexes n'aura pas encore réussi à sauver les Baby Mama

Related Posts