Courrèges is the new Jacquemus à la Fashion Week de Paris

La marque reprise par le créateur belge Nicolas Di Felice, sublime les années 60.

On attendait avec impatience la grand-messe de Courrèges après l’arrivée du belge Nicolas Di Felice, passé par Christian Dior, Louis Vuitton et Balenciaga. Et nous n’avons pas été déçu. Pour son défilé à l’occasion de la Fashion Week de Paris, Courrèges ravie par sa simplicité sophistiquée et son style emprunté aux années 60. Un mix qui rend la femme Courrèges indémodable et une volonté que Nicolas Di Felice scandait déjà, avant même de présenter sa collection Automne/Hiver 2021 au grand public. “André Courrèges a créé tout un univers, une esthétique propre, une sensation que l’on retrouve dans le mobilier et l’architecture d’intérieur. C’est bien plus qu’une belle robe, et j’ai toujours trouvé cela admirable. Courrèges n’y va pas par quatre chemins : il y a une forme, une géométrie, une matière, c’est très simple. Je me trouve à un moment dans ma vie où j’apprécie les choses simples”, confiait le designer quelques heures avant le show à Vogue.

Et c’est bien tout cela que l’on retrouve dans ce premier défilé. Les jupes sont en vinyle, les manteaux évasés, les robes sont trapèzes, les épaules sont carrés et les cuissardes sont hautes. Pas de doute, Nicolas Di Felice réussi sa grande première, nous donnant même l’impression de revoir un certain Jacquemus à ses débuts en Fashion Week. Presse unanime, gueule d’ange, collection qui réveille un style. Longue vie à Courrèges. Redécouvrez tous les looks du défilé ci-dessus et vous pouvez le revivre en vidéo.

Et pour plus de news sur la Fashion Week de Paris, découvrez pourquoi on craque pour les super-héroïnes d’Ottolinger.

4 mars 2021

Previous Article

Boohoo accusé de travail forcé pourrait être interdit de vente aux États-Unis

Next Article

Rentrez dans le Little Market parisien de Dover Street Market

Related Posts
Lire la suite

La mauvaise fortune de l’upcycling

En France, de nombreux petits créateurs adeptes du recyclage mettent la clé sous la porte ou retransforment leur modèle économique. Loin de la tendance, la réalité financière les rattrapent.