Les protections périodiques vont officiellement être gratuites pour les étudiantes en France

À partir de la rentrée prochaine.

Crédit photo : freepik

Juste après la Nouvelle Zélande, c’est au tour de la France d’instaurer la gratuité des protections périodiques pour les étudiantes. Une mesure très attendue à l’échelle nationale, s’inscrivant dans le cadre de la lutte contre la précarité des jeunes, qui a grandement augmenté depuis la crise sanitaire, et notamment celle menstruelle qui touche près d’un tiers des étudiantes. Mardi 23 février, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal a annoncé que, dès la rentrée prochaine, toutes les étudiantes auront accès gratuitement à des protections hygiéniques. Une annonce qui résulte de longues concertations entre parlementaires, organisations étudiantes et associations féministes.

Une réponse à la forte précarité menstruelle

1500. C’est le nombre de distributeurs de tampons et de serviettes hygiéniques, mis à disposition dans les résidences universitaires des Crous ainsi que dans les services de santé universitaires dans les prochains mois. En France, 1,7 millions de femmes seraient touchées par la précarité menstruelle selon une étude IFOP menée par l’association Dons Solidaires en mars 2019. Une partie d’entre elles sont même parfois contraintes de choisir entre acheter des protections hygiéniques ou s’alimenter. Une lutte devenue virale sur les réseaux sociaux, ayant entraîné une vague de solidarité comme à Lyon, où une collecte avait été organisée, à l’aide d’une cagnotte, dans le but de distribuer des protections au plus démunies avant Noël. L’UNEF, l’union nationale des étudiants de France, considère cette nouvelle mesure comme une “victoire” mais maintient que la précarité des jeunes, fortement exacerbée par la crise de la COVID-19, reste prépondérante et nécessite un plan d’urgence global pour venir en aide aux étudiants.

Découvrez également la collaboration entre l’association BeyGOOD et adidas afin de venir en aide au habitants du Texas.

Previous Article

Estée Lauder rachète The Ordinary

Next Article

Dover Street Market va ouvrir une deuxième boutique à Paris

Related Posts
Lire la suite

À 10 ans on n’est pas une bomba Latina

Rencontre avec la photographe française et d'origine péruvienne Claudia Rivera qui déconstruit les clichés autour des femmes latines dans sa première exposition.