Yseult peut-elle contrôler la presse ?

La chanteuse a demandé à une journaliste du Monde de réécrire son article, avant de donner les rush de son interview à un autre magazine français.

Crédit photo : Antidote

L’histoire est peu banale. Déroutante même. À l’heure où la frontière entre communication et journalisme semble de plus en plus poreuse, où chacun fait sa propre interprétation des mots sous le prisme de la cancel culture, Yseult vient de lancer une campagne de dénigrement contre le journal Le Monde, suite à la publication d’un portrait couplé d’une interview qui selon elle, ne la représente pas. “Je t’invite et te propose de réécrire ton article entièrement @janejaneroussel car l’enregistrement que j’ai ne ressemble en aucun cas à ton article (il pousse à la haine). Je ne parle même pas du titre… c’est inadmissible. Y”.

Résumons

Le Monde a publié ce 29 mai, un portrait d’Yseult intitulé “Un apéro avec Yseult : “Je suis une femme incroyable, obèse, qui s’aime et se déteste”. Dedans, la journaliste parsème son papier de citations mais aussi de moments vécus pendant l’interview, choisissant de ne pas tomber dans la forme questions/réponses. Une technique en journalisme qui permet de remettre du contexte mais aussi de grappiller les détails, l’ambiance, pour retranscrire au mieux un moment passé. L’article (réservé aux abonnées), a attiré les foudres d’Yseult qui a partagé des captures écran sur son compte Twitter. Dedans la journaliste retrace les combats de la chanteuse, sa volonté de créer un accompagnement pour les artistes avec médiation, yoga, nutrition. Mais aussi le rapport de la chanteuse à l’obésité. Et c’est là que le bas blesse selon la chanteuse qui accuse l’article d’être grossophobe.

Furieuse, Yseult a donné les rush de l’interview à un autre média Nylon France. Qui s’est empressé de publier sa propre interview. Une pratique peu commune, qui questionne l’éthique de la journaliste du Monde et qui ne se base que sur des audios, ne prenant pas du tout en compte le moment passé avec l’artiste. Le portrait dressé par Nylon France est lui dithyrambique. “Ce traitement médiatique est malheureusement assez commun dès qu’il s’agit d’artistes à succès qui ne rentrent pas dans la norme hétéro, svelte et blanche à laquelle semble encore accroché.e.s certain.e.s journalistes des grands médias – il suffit de regarder le traitement infligé à Aya Nakamura. Mais il est d’autant plus inquiétant qu’il vise une artiste emblématique du renouveau de la variété française et de la diversité francophone”, écrit Nylon France. Faisant d’une pierre deux coups, accusant Le Monde de grossophobie et de traitement différent selon la couleur de peau.

Sur Twitter, deux team se divisent. Beaucoup de journalistes ont apporté leur soutien à la journaliste du Monde qui s’est adressée à Yseult sur Twitter. “Je n’ai pas écrit cet article afin de vous nuire. J’ai essayé de faire mon travail le plus honnêtement possible en témoignant du moment passé ensemble. Je reste à votre disposition pour discuter de ce qui ne vous convient pas, bien entendu.”. En guise de réponse Yseult aura donc fait réécrire cette interview sur un autre journal.

3 juin 2021

Previous Article

Thom Browne convoque nos souvenirs d'enfance dans sa nouvelle collection

Next Article

United Colors of Benetton sort ses archives pour une collab avec Depop

Related Posts
Lire la suite

Retrouvailles heureuses avec Chilla

L'artiste revient avec un nouvel album "EGO", fendant son image de rappeuse féministe pour opérer une mue réussie à mi-chemin entre rap et pop chaleureuse.