Pire que SHEIN, voici TEMU

L’application gagne du terrain en France malgré de nombreuses alertes sur ses pratiques peu scrupuleuses.

À gauche un sac vendu 18€48 sur TEMU – À droite l’original Mini Chiquito par Jacquemus vendu 490€

Présente sur le marché américain depuis septembre 2022, TEMU s’annonce comme la nouvelle pépite de l’ultra cheap. Application la plus téléchargée devant TikTok ou Instagram aux États-Unis en 2022, elle est arrivée en France en avril 2023. Cette rivale direct de SHEIN, a imaginé un concept qui a de quoi faire rêver sur le papier. Ses utilisateurs bénéficient de réductions à gogo sur une multitude de produits, allant des vêtements à l’électroménager, le tout déjà proposé à des prix dérisoires. On trouve une montre connectée à 18 euros, des gourdes à 3 euros ou encore 6 paires de chaussettes pour 4 euros. Détenue par la maison mère originaire de Shanghai PDD Holdings, la marketplace serait sollicitée par près de 750 millions d’utilisateurs partout dans le monde. Une occasion en or pour le géant en devenir du low-cost, d’utiliser la manne de données récoltées. Le tout à des fins peu scrupuleuses d’après plusieurs enquêtes. Explications.

Esclavagisme moderne et marketing agressif

Alors que le concept de TEMU pourrait être alléchant, en particulier en ces temps de crise, la présence de prix si bas soulève de gros problèmes d’éthique. À l’instar de certains de ses concurrents, l’entreprise se fournit directement auprès d’usines localisées en Chine et n’hésite pas à faire pression sur ses fabricants pour obtenir des prix ultra compétitifs. Des méthodes dénoncées dans un reportage diffusé sur TF1 et dans lequel un sous-traitant de TEMU explique travailler 14 heures par jour pour un salaire d’environ 645€ par mois. L’application est également soupçonnée de bénéficier du travail forcé des minorités Ouighours, installées dans des camps en Chine.

La marketplace ne lésine pas non plus sur les coups de marketing en martelant ses clients de réductions ahurissantes allant jusqu’à -90% et des frais de livraison offerts. Une cliente expliquait ainsi recevoir des notifications incitatives comme “l’article qui est dans votre panier est passé de 10€ à 5€”. Leur dernier gros coup de com’ en date ? Une publicité au budget astronomique de 7 millions de dollars diffusée lors du Super Bowl avec pour slogan “Shop like a billionnaire.”. Une phrase d’accroche qui interroge quand on sait que l’entreprise est sévèrement critiquée pour son service client déplorable, ses délais de livraison trop longs et ses erreurs de commandes. Certains clients confiaient même dès 2022 au Time ne s’être jamais fait livrer.

Vente de données et piratage de comptes en banque

Avec des prix ultra bas et des dépenses en marketing affolantes, il n’y a pas de quoi être surpris lorsqu’une analyse de Wired dévoile qu’aux États-Unis TEMU perd en moyenne 30$ par commande. Une stratégie qui mène à se demander comment l’entreprise parvient à gagner de l’argent. Il ne faut pas creuser bien loin pour découvrir que l’essentiel de son modèle économique repose sur la vente de sa base de données client. Bien que cette pratique soit légale, celle-ci soulève de nouveau les questions d’éthique de la plateforme ultra low-cost. En effet, le cabinet d’analyse américain Grizzly Research accuse TEMU d’utiliser un logiciel “malveillant, espion et dangereux”. En plus d’avoir accès aux informations personnelles de ses acheteurs, rentrées sur sa plateforme, l’application pourrait avoir accès aux déplacements, photos et messages de ses utilisateurs. “Ce logiciel constitue une menace de sécurité urgente pour les intérêts nationaux américains”, préviennent les analystes de Grizzly Research, affirmant que Temu est “l’application la plus dangereuse” jamais diffusée à grande échelle.

Des allégations que TEMU nie en affirmant son engagement envers la protection de la vie privée, soulignant la transparence de ses pratiques de gestion des données. Mais les bonnes intentions de l’application ont été entachées par de récentes accusations d’utilisateurs. Ils sont plusieurs à affirmer s’être fait pirater leurs comptes en banque juste après avoir effectué un achat sur TEMU.

Des allégations qui ne semblent pas refroidir les utilisateurs français puisque Temu a fait son entrée dans le Top 20 des sites e-commerce les plus fréquentés en France dans un rapport datant de novembre. L’application se place en 11ème position juste derrière SHEIN et devant Décathlon ou encore Leroy Merlin.

@ashleygoddard26 Temu sold my card details. #temufraud ♬ original sound – AJ

En mars SHEIN accusait son concurrent TEMU d’utiliser les influenceurs pour diffuser de fausses déclarations à son encontre.

Previous Article

Chouf la vie, la vraie

Next Article

La marque franco-indienne RESCHA présente sa nouvelle collection

Related Posts
Lire la suite

Balenciaga lance ses soldes

Les maisons de luxe ne font pas toujours de rabais, la griffe française en propose jusqu'à -40%.