23% des jeunes hommes considèrent qu’il faut parfois être violent pour se faire respecter

“La situation est alarmante”, estime le Haut Conseil à l’Égalité sur le sexisme en France.

Manifestation Nous Toutes en novembre 2022 à Lille – Crédit photo : Eliott Biget

Dans une nouvelle étude sur le sexisme en France, on y apprend que 93% de la population constate des inégalités de traitement entre hommes et femmes. Ce résultat tiré du deuxième “Baromètre Sexisme” mené par l’Institut Viavoice pour le Haut Conseil à l’Égalité et dévoilé par France Inter, tire un constat alarmant. Le sexisme ordinaire se retrouve à de nombreux niveaux avec une forte hausse sur les réseaux sociaux mais aussi au sein des universités. Voici quelques chiffres à retenir de cette étude menée auprès de 2 500 hommes et femmes issus d’un échantillon représentatif de la population.

Seuls 20% des Français et Françaises estiment que “les femmes et les hommes sont égaux en pratique” au travail

76% des interrogés estiment que les femmes et les hommes ne sont pas traités de manière égalitaire au travail. Comme le rapporte France Inter, plus d’un tiers des femmes (37%) affirment avoir déjà subi des discriminations sexistes dans leur choix d’orientation professionnelle et à poste ou compétences égales. Autre sujet souvent abordé dans le sexisme au travail : la question des salaires. Là encore l’écart est évident avec 23% des femmes disent déjà avoir vécu un écart de salaire avec un collègue homme. “Ce taux grimpe à 34% pour les cadres, dont une sur cinq considère avoir déjà été discriminée au travail“.

80% des femmes ont la sensation d’avoir déjà été victimes de sexisme

Ce chiffre est le même que l’année passé avec comme “sphères perçues comme particulièrement inégalitaires” : la rue et les transports (pour 57%), le foyer (49%), ou le monde du travail (46%).

23% des jeunes hommes considèrent qu’il faut parfois être violent pour se faire respecter

Interrogé sur les méthodes pour être respecté dans la société, les hommes entre 25 et 34 ans sont 20% à considérer qu’il faut se vanter de ses ébats sexuels, 22% qu’il faut consommer de la drogue ou de l’alcool, qu’ils out savoir rouler vite pour 21% et enfin 23% estime qu’il faut être parfois violent. L’institut de sondage alarme de son côté sur un retour de bâton du mouvement MeToo pour expliquer en partie ce constat. “Cinq ans après #MeToo, une partie de la nouvelle génération des hommes se sent fragilisée, parfois en danger, réagit dans l’agressivité, et peut trouver une voix d’expression politique dans de nouveaux mouvements virilistes et très masculins”. L’étude montre également que 15% des femmes ont déjà subi des coups portés par leur partenaire ou ex-partenaire.

33% des femmes ont déjà eu un rapport sexuel parce que leur partenaire a insisté

L’une des catégories étudiées : le consentement. Celui-ci est toujours perçu par les hommes et les femmes de manière bien différente. Un chiffre élevé d’abord : 73% des hommes considèrent comme problématique le fait d’insister pour avoir un rapport sexuel avec sa conjointe. Et elle sont 37% des Françaises à avoir déjà vécu une “situation de non-consentement”. Plus alarmant encore : 33% “ont déjà eu un rapport sexuel suite à l’insistance de leur partenaire alors qu’elles n’en avaient pas envie“. Elles sont 7% à noter avoir déjà eu un rapport sexuel non consenti sous l’emprise de l’alcool ou de drogue.

80% des femmes ont peur de rentrer seule le soir

“Tu m’envoies un message quand tu es bien arrivée”. Qui n’a pas glissé cette phrase à une amie au moment de se quitter ? 9 femmes interrogées sur 10 expliquent mettre en place des stratégies d’évitement pour anticiper ou contre des actes sexistes. 52% disent avoir renoncé à s’habiller comme elles le souhaitent. 55% ont renoncé à sortir seule, quand 80% disent avoir peur de rentrer seule le soir.

Les chiffres complets sont à retrouver sur France Inter.

23 janvier 2023

Previous Article

Quand Beyoncé sample l'une des plus grandes divas du monde arabe

Next Article

Rihanna et A$AP Rocky dévoilent une collection de vêtements

Related Posts
Lire la suite

Botox, télé-réalité et dérives en France

Deux journalistes françaises ont mené l'enquête et publie le livre "Génération Bistouri". Elles nous racontent ce qui les a le plus choqué durant leurs investigations.