Nabilla condamnée à 20 000 euros d’amendes pour “pratiques commerciales trompeuses” sur Snapchat

Présenté par :

Un cas qui pourrait faire jurisprudence ?

Crédit photo : Nabilla Beauty

Les pratiques douteuses des influenceurs vont-elles désormais être plus surveillées ? C’est en tout cas dans ce sens que va le dernier jugement rendu à l’encontre de Nabilla Benattia condamnée à 20 000 euros d’amendes pour “pratiques commerciales trompeuses” sur Snapchat, après une enquête de la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes). Selon l’AFP, l’influenceuse a accepté de payer une amende de 20.000 euros, “après avoir été épinglée par la Répression des fraudes pour avoir fait en 2018 la promotion de services boursiers sur #Snapchat sans mentionner qu’elle était rémunérée pour cela”. Dans un communiqué du Ministère de l’économie, des finances et de la relance, on apprend que Nabilla Benattia “faisait la promotion de services de formation au trading proposés par un site internet spécialisé dans la vente et l’achat de bitcoin”.

L’arbre qui cache la forêt

C’est dans sa story, que la jeune femme avait fait la promotion des bitcoins en omettant de mentionner “qu’elle était rémunérée par les sociétés exploitant ce site pour en faire la promotion“, précise le communiqué. “Or, le défaut d’indication du caractère publicitaire de sa publication (par un logo ou une mention orale ou écrite par exemple) constitue une pratique commerciale trompeuse à l’encontre de ses abonnés qui peuvent croire à tort que la promotion de l’influenceuse résulte d’une expérience personnelle positive désintéressée”, rappelle le Ministère.

Nabilla Benattia-Vergara avait également expliqué que le service proposé par le site de trading était gratuit, promettant des rendements pouvant aller jusqu’à 80 % grâce aux conseils de cette même plateforme. “Ces propos sont de nature à induire le consommateur en erreur sur les caractéristiques du service et les résultats attendus de son utilisation. En cela, ils relèvent, eux aussi, de la qualification de pratiques commerciales trompeuses”, conclut le communiqué.

De son coté Nabilla a tenu à réagir sur Twitter. “Je ne suis pas au-dessus des lois et j’assume les conséquences de mes actes. Ce métier est nouveau et nous n’avons toujours pas de règlementation stricte”, écrit la jeune femme, tandis que certains internautes se questionnent toujours sur certaines de ses stories postées la vieille de ce jugement, et qui font la promotion de massages. Sans savoir si la star de télé-réalité a été rémunérée.

Fausses promotions, produits surpayés… ces pratiques commerciales trompeuses sont malheureusement la norme chez les influenceurs de télé-réalité comme le rappelait BFM TV dans une enquête.

28 juillet 2021

Previous Article

StockX se lance dans la beauté et dévoile un premier drop avec Megan Thee Stallion

Next Article

Damso se sépare de sa manageuse après 5 ans de collaboration

Related Posts