Zara accusé d’appropriation culturelle par le gouvernement du Mexique dans une lettre publique

Ainsi que les marques américaines Anthropologie et Patowl.

Crédit photo : Zara

Récemment, le Mexique a accusé Zara, Anthropologie et Patowl d’utiliser des dessins indigènes dans une lettre envoyée aux trois marques. Le pays exige que les trois marques expliquent leurs pratiques et rendent des comptes de manière publique. Cet événement s’inscrit dans une volonté de la part du Mexique, de pointer du doigt les entreprises qui utilisent les créations autochtones sans les créditer et les rémunérer. “C’est un principe de considération éthique qui, localement et globalement“, nous oblige à attirer l’attention et à discuter de “la protection des droits des peuples autochtones qui ont été historiquement invisibles“, a indiqué la secrétaire mexicaine à la Culture, Alejandra Frausto Guerrero.

À gauche une robe d’Oaxaca au Mexique (90 jours de travail) – À droite une robe Zara

Les faits reprochés aux 3 marques

Frausto a fait un compte-rendu des reproches adressées à chacune des marques. La robe Midi avec une ceinture, vendue par Zara contiendrait des éléments de la culture mixtèque, de la municipalité d’Oaxaca à San Juan. Le short brodé Marka d’Anthropologie reprendrait des détails propres à l’identité du peuple Mixe de Santa María Tlahuitoltepec. La marque Patowl est accusée, à travers plusieurs tee-shirts de sa collection Tops, de reproduire à l’identique des pièces traditionnelles du peuple zapotèque de la communauté de San Antonino Castillo Velasco. La secrétaire mexicaine à la Culture, Alejandra Frausto Guerrero avait déjà pointé du doigt cette pratique de la part des marques dans un entretien donné au WWD. “Vous devez inclure les personnes auxquelles vous rendez hommage quand vous faites un hommage (…) La personne ou la communauté que l’on honore doit donner son accord“.

Ne pas porter atteinte à l’identité et l’économie du peuple

Dans ces mêmes lettres, Alejandra Fraustro explique l’importance de “la protection des droits des peuples autochtones qui ont été historiquement invisibles“. De plus, elle invite les entreprises à ne pas discréditer “l’identité et l’économie du peuple” et soutient un “commerce équitable” qui met les créateurs, entrepreneurs et designers autochtones sur un même pied d’égalité. Très sensible à ce sujet, le Mexique lutte depuis plusieurs mois pour que les marques évoquent les origines des dessins et motifs qu’elles utilisent, et n’invisibilisent plus les peuples mexicains.

Découvrez également, pourquoi Vinted est accusée de “pratique commerciale trompeuse”.

31 mai 2021

Previous Article

À quoi ressemble la nouvelle collection prêt-à-porter de Jean Paul Gaultier ?

Next Article

Naomi Osaka peu soutenue par le monde du tennis

Related Posts
Lire la suite

Shannon Abloh, la relève

Jusque là très discrète, la femme du défunt designer Virgil Abloh a été nommée CEO de la société de création, Virgil Abloh Securities.