Les raisons qui freinent les Français à acheter de la mode éco-responsable

La Fast Fashion a encore de beaux jours devant elle.

Crédit photo : Reformation, marque éco-responsable

Il y a quelques jours, une étude a été menée sur la consommation de mode durable chez les Français. L’institut Toluna a effectué un sondage sur les raisons qui laissent encore les Français dubitatifs concernant un éventuel passage à une consommation de textile plus respectueuse de l’environnement. Et malgré le nombre fleurissant de marques misants sur la Slow Fashion, la proportion de Français qui ne sont pas prêts à sauter le pas reste considérable. Parmi les raisons évoquées, un manque de confiance et d’information, un style qui ne convient pas, et par dessus tout : le prix, qui demeure encore très peu accessible pour une majeure partie d’entre eux.

Un duel entre le prix et la qualité

D’après le sondage mené, près d’un tiers des français reconnaissent avoir un dressing qui n’est pas du tout éco-responsable. En effet, malgré les effets dévastateurs de la Fast Fashion et les polémiques en termes d’éthique de travail qui y tournent autour, ce secteur continue de plaire à une grande partie des consommateurs au vu de ses prix défiants toute concurrence. Ainsi, ce qui empêche principalement les sondés de passer à l’acte n’est autre que le prix, pour 35% d’entre eux. En parallèle, 18% d’entre eux ne se sont pas lancés pour cause de manque d’informations concernant le produit tandis que 15% sont méfiants au vu de ne pas connaître la marque et 10% évoquent une crainte du greenwashing.

De ce fait, une étude a été menée pour connaître le prix que pourraient débourser les sondés pour l’achat d’un t-shirt éco-responsable. Et le verdict est sans appel : près de deux tiers des personnes interrogées (20%) ne mettraient pas plus de 20 euros. Alors qu’est-ce qui pousserait les consommateurs à tout de même envisager une transition vers la mode plus durable ? La qualité et l’éthique de travail : près de 80% des françaises sont sensibles à la matière utilisée pour la confection des pièces mais aussi aux conditions de travail, au pays de fabrication (77%) et aux labels et certifications (64%).

Cette enquête a été menée auprès de 1050 répondantes résidant en France, âgées de 18 à 65 ans, par l’institut de sondage Toluna.

Et pour vous convaincre de sauter le pas, découvrez le documentaire choc qui épingle les géants de la Fast Fashion, Boohoo et Pretty Little Thing.

25 mars 2021

Previous Article

Daily Paper célèbre les photos de famille dans son nouvel éditorial

Next Article

Boohoo reconnait des "problèmes clairement inacceptables" dans ses usines

Related Posts
Lire la suite

Flech Kann, la créatrice qui bouscule le tissu Madras

À Paris, celle qui a quitté la Martinique pour plus d'opportunités professionnelles, veut en finir avec la notion de déguisement trop souvent accolée aux tenues jugées folkloriques.