Levi’s va prendre en charge l’avortement de ses salariées aux États-Unis

En réaction à la loi anti IVG qui pourrait être promulguée aux US dans certains états.

Crédit photo : Levi’s

Depuis plusieurs jours c’est l’onde de choc aux États-Unis. Des juges conservateurs du pays seraient en passe de revenir sur le droit à l’avortement comme le révélait le journal Politico qui a eu accès à un projet de décision de la Cour Suprême dans une fuite rarissime de documents et ce au plus haut niveau de la justice américaine. L’autorisation ou le refus de pratiquer un IVG pourrait être laissé au bon vouloir de chaque états. Un retour en arrière et une décision qui s’attaque à l’arrêt Roe c. Wade de 1973 qui garantit le droit à l’avortement depuis plus un demi-siècle aux Etats-Unis. Face à cette annonce, plusieurs marques ont pris les devants et ont annoncé qu’elles prendraient en charge les frais relatifs à un avortement. Si ses employées y avaient recours et devaient voyager dans un état voisin, dont la politique est davantage “pro-choice” (pour le droit à l’avortement), leurs frais seraient entièrement couverts. L’Alabama ou encore l’Oklahoma et le Texas ont déjà mis en place des lois limitant l’IVG, se positionnant pour le mouvement “pro-vie” qui milite pour l’abolition de l’avortement.

Mobilisation des entreprises

Au Texas par exemple, une loi interdisant toute IVG à partir du moment où un battement de cœur de l’embryon est perceptible à l’échographie, environ quatre semaines environ après la fécondation, a été votée en septembre 2021. Face à la montée de boucliers partout dans le pays, mais aussi pour venir en aide à ses employées, des marques sur le territoire américain ont annoncé certaines mesures, notamment financières pour soutenir le droit des femmes. Dès le 2 mai Amazon faisait savoir que l’entreprise couvrirait jusqu’à 4 000 dollars de frais si ses employées devaient se rendre hors d’un état anti-IVG pour des soins de santé, que ce soit pour des raisons de droits reproductifs ou d’autres problèmes médicaux. Un peu plus tôt, dès septembre 2022, Tim Cook, CEO d’Apple avait envoyé un courriel à ses équipes pour leur assurer que la compagnie prendrait en charge également les coûts liés à un IVG au Texas après l’adoption de la loi limitant l’interruption volontaire de grossesse.

Même son de cloche pour Levi’s ou encore la banque Citigroup, l’entreprise high-tech HP, la plateforme de voyage Yelp, mais aussi le groupe Match qui détient Tinder, Plenty of Fish, et OKCupid. D’autres entreprises se sont elles aussi ralliées au mouvement en proposant certains services comme Uber ou Lyft qui ont assuré qu’ils travailleraient avec les prestataires de soins de santé du Texas et de l’Oklahoma pour offrir des trajets aux clients cherchant des soins de santé hors de ces deux provinces. Ils se sont également engagés à payer les frais juridiques de tout conducteur condamné à une amende pour avoir transporté un client vers une clinique d’avortement hors de l’État, comme le relève le site Qwartz.

5 mai 2022

Previous Article

Chanel va installer un jardin éphémère à Paris

Next Article

Des ongles aux couleurs de votre personnalité, voici la tendance des Aura Nails

Related Posts
Lire la suite

Sale temps pour “les filles de” dans le mannequinat

Après les déclarations de l’actrice, modèle et nepo baby Lily Rose Depp, qui expliquait en avoir marre d'être définie par ses privilèges, de nombreuses mannequins, menées par la top model Vittoria Ceretti, manifestent leur colère.