Elle est derrière les filtres les plus utilisés d’Instagram, rencontre avec Sasha Soul Art

Kylie Jenner a virilisé ses filtres et en est fan, mais la jeune russe qui nous lisse la peau profite t-elle de cet engouement ?

Elle est derrière Cute Baby Face, Glam Caly et bien d’autres, la créatrice Sasha Soul Art a vu ses filtres devenir viraux dès que Kylie Jenner les a démocratisés. Depuis la Russie, dans la commune de Khabarovsk, elle s’excuse de son mauvais anglais pour communiquer avec nous. Google traduction fera l’affaire nous dit celle que tout le monde connait par le nom de ses filtres mais peu par sa personnalité. En compte privé sur Instagram mais comptant pas moins de 640K d’abonnés, la jeune femme est une vraie petite usine à filtres à elle toute seule. C’est à elle en partie que l’on doit le fameux glow que même votre meilleure skincare routine n’arriverait pas à égaler tant la technologie vient façonner votre visage. Mais derrière cette viralité Sasha Soul Art met aussi en garde les utilisateurs. Le filtre n’est qu’un jeu pour elle. Alors bas masques ?

Sasha Soul Art a produit près de 450 filtres.

ANCRÉ : Parlez-nous de vous Sasha. D’où venez-vous et quelle est votre spécialité ?

Sasha Soul Art : Je viens de tout à l’est de la Russie et j’ai 31 ans. Ma spécialité universitaire est “ingénieur en organisation du transport aérien”, diplômée avec mention.

Comment avez-vous commencé à créer un filtre pour Instagram ? Et combien en avez-vous déjà créé ?

Le dessin et l’art ont toujours été des passions pour moi, même en amateur. J’ai commencé à créer un filtre pour Instagram il y a environ un an et demi, lorsque l’accès à Spark AR a été donné à tout le monde. Aujourd’hui je compte près de 450 filtres à mon actif.

Dans votre bio Instagram, vous vous présentez comme une maquilleuse AR. Qu’est-ce que veulent dire ces lettres ?

AR signifie Réalité Augmentée.

Vos filtres Cute Baby Face, Cali Glam, Sasha Soul Art … sont parmi les plus utilisés sur Instagram. Comment cela a-t-il commencé ?

J’ai dû fournir beaucoup de travail avant d’obtenir un excellent résultat dans mes filtres, et j’ai de la chance que des gens du monde entier s’y intéressent. Mais je n’ai pas effectué de travail particulier sur la promotion de mes filtres, ils sont devenus viraux sans que je m’en rende compte.

Kylie Jenner est fan de vos filtres. Elle a largement participé à rendre vos créations virales. Est-ce que vous étiez en contact avec elle ?

Non j’ai juste vraiment eu de la chance.

Vous avez dit ceci à propos de l’utilisation de vos créations par les stars des réseaux sociaux : “Cela peut sembler insensé, mais pour un fabricant de filtres, c’est un exploit. C’est comme une célébrité portant une robe de créateur“. Êtes-vous en contact avec certaines de ces célébrités ? Et depuis combien de temps êtes-vous dans l’art numérique ?

Parfois, des célébrités m’écrivent et me demandent de faire un filtre spéciale pour elles. Ce n’est que de la communication commerciale, pas de l’amitié ou de relation de ce type. Je pratique l’art numérique depuis longtemps maintenant. Retouche photo, élaboration d’images ou de portraits, motion design, et maintenant les filtres Insta, sont des choses que je faisait déjà.

Vous proposer également de designer des filtres personnalisés à votre audience. Comment ça marche et quel type de client avez-vous ?

Si quelqu’un veut son propre filtre, il suffit de m’envoyer un DM sur Instagram. Nous discutons conditions, et si nous sommes d’accord sur tout – je crée un filtre personnalisé, j’explique comment le charger dans Instagram, etc.

Comment monétisez-vous votre filtre ? Avez-vous un accord avec Instagram ? Vous avez écrit que c’était un travail difficile dans l’une de vos publications justement.

Instagram est une plateforme pour me promouvoir en tant que filtre-maker, je ne suis qu’un utilisateur d’Instagram, pas un partenaire. Je monétise mon travail en aidant les personnes qui veulent leurs propres filtres personnalisés. Et oui, c’est un travail difficile, qui prend beaucoup de temps pour obtenir un excellent résultat.

Des marques vous ont-elles contacté pour une collaboration ?

Pas de collaborations à proprement parler, mais parfois les marques me demandent de l’aide pour créer des filtres.

Même si les filtres sont hyper tendance, vous prévenez également les gens de leur utilisation. Vous avez écrit : “J’ai remarqué que les gens ne s’aiment pas, n’aiment pas leur visage, en particulier le nez, les lèvres, leur visage ovale. Les gens veulent avoir l’air naturel tout en utilisant un filtre et ne veulent pas accepter le fait que cela est juste un jeu, juste un masque“. Avez-vous peur que parfois le filtre puisse créer le contraire de ce que vous voulez. Les gens peuvent-ils encore s’aimer sans ?

Les gens devraient s’aimer pour qui ils sont. Mais en même temps, les gens veulent rendre leur image plus lumineuse avec des vêtements, des bijoux, des cosmétiques ou un filtre Instagram. C’est normal.

Quelle est la prochaine étape pour vous ? Sur quoi travaillez-vous ?

J’ai vraiment envie de me lancer dans la modélisation 3D, j’essaie d’en savoir plus à ce sujet. Mais, comme toujours et comme tout le monde, on a jamais assez le temps.

Previous Article

Virgil Abloh s'associe à Braun pour réinventer un produit des années 60

Next Article

Carhartt WIP retravaille ses essentiels pour sa collection Printemps/Été 21

Related Posts
Lire la suite

À 10 ans on n’est pas une bomba Latina

Rencontre avec la photographe française et d'origine péruvienne Claudia Rivera qui déconstruit les clichés autour des femmes latines dans sa première exposition.