Les EP féminins et français sortis récemment

Ces artistes underground mêlent RnB, sonorités berbères et RnB.

Crédit photo : Gauche/Lazuli par Milena Pasena – Droite/Sabrina Bellaouel par Freddie Stisted

Certaines figuraient dans nos artistes féminines à suivre en 2023, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elles sont au rendez-vous. Alors si vous cherchez à donner à vos oreilles du nouveau miel musical, voici trois projets qui vous permettront d’en savoir un peu plus sur le paysage féminin qui se dessine de plus en plus coloré avec une règle pour toutes : on mélange les nuances, on décloisonne les genres, on ne sait plus toujours où on est mais on sait où on va.

Lazuli en grande forme

Crédit photo : Milena Pasena

Elle est là pour challenger votre cardio, Lazuli mettra une fois de plus votre souffle à l’épreuve avec son très bon “Toketa”, un 11 titres qui mêle toute la palette musicale de l’artiste d’origine chilienne par son père et native de Macon. Un peu de rap, un peu de baile funk, un peu de reggaeton et autant de décloisonnages de genres qui résonnent dans son nouvel EP. Toketa est la plus jolie découverte de ce début d’année.

Son Instagram ici

Jaïa Rose tease un album avec son nouvel EP

EP de Jaïa Rose

Jaïa Rose est un peu comme Jacquemus, elle est obsédée par la couleur pink. Elle en badigeonne son nom de scène et sa nouvelle pochette d’EP “Secret Story of Jaïa”. Un 8 titres de Rnb acidulé, une barbe à papa musicale qui vous cueille dans un nuage de guimauve saupoudré d’histoires d’amour et d’ambitions. Elle offrira ses bonbons musicaux le 2 mai prochain à l’occasion d’un concert à la Boule Noire.

Son Instagram ici

Sabrina Bellaouel : sonorités traditionnelles berbères, RnB et hyper-pop

Crédit photo : Nina Meziani

Son nom ne vous est peut-être pas inconnu. Et pour cause, Sabrina Bellaouel déposait déjà en 2017 un premier projet intitulé “Illusions”. Elle y explorait le genre du RnB. Avec son nouvel album “Al Hadr” (qui signifie le temps présent) elle a choisi de sonder ses racines algériennes mais aussi l’hyper-pop et le RnB. Comme dans un laboratoire elle mélange ses mixtures musicales et explore son identité sautant du français à l’anglais dans ses titres. Elle y ajoute des sonorités traditionnelles berbères, pour faire de son “Al Hadr” une explosion de matières mélodiques.

Le Précieux de Mademoiselle Lou

Crédit photo : Ken Kanneki

Si certains connaissaient la chanteuse avant qu’elle ne soit adoubée par Booba, d’autres l’auront découverte grâce au DUC. Ce dernier signe le seul et unique (et pas des moindres) featuring de ce premier EP de Mademoiselle Lou intitulé “Précieux”. Durant sept titres on navigue entre les effluves d’un cloud rnb sous vocodeur et celles d’un rap mélodieux. Un beau premier essai à déguster, à en voir la pochette du projet, ci-dessous.

7 mars 2023

Previous Article

Kering lance un programme de recrutement

Next Article

Qui est l'homme d'affaires qui se cache derrière la déroute de Camaïeu, GAP France et Go Sport ?

Related Posts
Lire la suite

Pourquoi le R&B français est-il si peu respecté ?

Réponse avec la critique et autrice Rhoda Tchokokam, qui dans son livre “Sensibles, une histoire du RnB français”, raconte pour la première fois l'histoire d'un genre trop souvent inconsidéré.