Pourquoi Megan Thee Stallion est-elle boycottée par les créateurs noirs de TikTok ?

La colère monte.

TikTok est devenu un véritable outil marketing pour l’industrie musicale. Chaque nouveau tube peut désormais compter sur la plateforme pour être viralisé à coup de chorégraphies de quelques secondes. Certains titres, comme “Thot Shit” de Megan Thee Stallion, dictent même la danse à performer pour que les utilisateurs puissent ensuite se l’accaparer et ainsi créer un véritable buzz autour du morceau. Mais voilà, les créateurs noirs de TikTok ont décidé de faire grève. Ces derniers jugent ne pas être assez reconnus et demandent des comptes.

Des chorégraphies gratuites mais monétisées par les stars de TikTok

“Les tendances de danse TikTok reposent en grande partie sur les créateurs noirs. La plupart des danses virales sont ajustées sur des chansons d’artistes noirs, chorégraphiées par des créateurs noirs, avec des mouvements tirés des styles de danse qui ont commencé dans les communautés noires”, explique ainsi le site Mashable qui s’est entretenu avec certains de ces créateurs. “Peu de créateurs noirs reçoivent la même reconnaissance et la même monétisation que les créateurs blancs qui les imitent”, détaille le site.

En mars 2021, la star de TikTok Addison Rae avait reçu les foudres de certains utilisateurs après avoir présenté plusieurs danses issues de TikTok sur le plateau de Jimmy Fallon sans créditer les chorégraphes. Quelques jours plus tard le présentateur américain avait invité les créateurs des danses afin de leur donner la parole. Si ce n’est pas Megan Thee Stallion qui est visée aujourd’hui directement par cette grève, les créateurs noirs de TikTok veulent se faire entendre et de nombreux clips les montrent sur le réseau en train de boycotter le titre.

27 juin 2021

Previous Article

Yseult devient égérie internationale pour L'Oréal Paris

Next Article

Jacquemus donne de nouveaux indices sur son prochain défilé

Related Posts
Lire la suite

Accrochez-vous à Doria

La rappeuse de Nanterre a dévoilé un premier album prometteur, encore un peu trop sage.