Nouveau détournement des maisons de luxe : les bijoux de l’enfance

Sauf que le prix n’a rien à voir avec le montant de votre argent de poche de l’époque.

Les géants du luxe ne cessent de réinterpréter des objets de notre quotidien. Virgil Abloh en tête de lice, a largement fait rentrer le workwear dans les tours d’ivoire des maisons de mode. Cette fois la tendance est à l’enfance, comme nous le relevions déjà après la mise en vente par Fendi de petits cabas rappelant les sacs à dinette. Mais cette fois c’est via leur catalogue de joaillerie que les grandes marques surfent sur une période chère à tous les niveaux. Chère à notre coeur et chère sur l’étiquette des colliers en perles proposés par Balenciaga, Marc Jacobs ou encore Bottega Veneta.

“Bottega Veneta est-il le nouveau Vetements ?”, se demandaient certains internautes sur la toile. La raison ? La mise en vente de colliers et de boucles d’oreilles qui ressemblent pour deux gouttes d’eau aux élastiques à spirales. 1 500 euros le ras cou tout de même. Chez Balenciaga, on adopte le style perles multicolores avec des lettres enfantines. Les Gummy Bear, les petits oursons en gélatine qu’on avalait à la sortie des classes, se retrouvent montés sur des colliers, quittant la poche plastique du boulanger. À quand le collier de pâtes ? Même son de cloche chez Marc Jacobs qui mise sur un collier à porter serré avec de larges lettres comme les lettres magnétiques qu’on posait sur les tableaux blancs mais avec un prix plus abordable de 110 euros.

Découvrez également l’autre tendance du moment sur Instagram : le knitwear décomposé.

29 mars 2021

Previous Article

Voici les nouvelles Converse imaginées par COMME des GARÇONS

Next Article

Havaianas célèbre les cerisiers en fleurs du Japon dans sa nouvelle collection

Related Posts
Lire la suite

Le retour de la cagoule

L'accessoire jadis porté (de force) à l'école prend d'assaut la rue et épouse le vestiaire féminin.