adidas épinglé pour greenwashing dans sa dernière campagne Stan Smith

Présenté par :

Une plainte a été déposée au Jury de déontologie publicitaire.

Crédit photo : adidas

adidas a été épinglé par le Jury de déontologie publicitaire (JDP), pour greenwashing. La marque est accusée d’induire le consommateur en erreur en affirmant que sa nouvelle Stan Smith est 50% recyclée, dans une récente publicité imaginée par la marque. Sur cette dernière on peut y voir la sneaker accolée à une bouteille en plastique, une image accompagnée du message : “100% iconique, 50% recyclée”. Une astérique détaille davantage ce slogan :“*Nouvelle Stan Smith dotée d’une tige Primegreen fabriquée à partir d’un minimum de 50% de matériaux recyclés. Tout plastique utilisé sur le pied est recyclé”.

Crédit photo : JDP

Clarté du message non respectée

Dans son rapport, le Jury de Déontologie Publicitaire (JDP) explique avoir été saisi, le 18 mai 2021, d’une plainte émanant d’un particulier. Ce dernier accuse la marque allemande d’induire en erreur le consommateur. Selon lui, l’allégation “50 % recyclée” est trompeuse “car on ne comprend pas si la moitié des matières qui composent le produit sont recyclées ou si elles pourront être recyclées en fin de vie et, le cas échéant, de quelle façon”, écrit le JDP. Autrement dit, le consommateur peut comprendre que la Stan Smith est à 50% recyclable. Il en est de même pour la mention “Tout plastique utilisé sur le pied est recyclé”, qui peut faire croire que la Stan Smith est 100% recyclée.

Pour le JDP la campagne ne respecte pas les points de la charte de “Clarté du message” stipulés par l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité, qui indique que la publicité doit être assez clair et précise sur les engagements et qualités revendiqués. adidas se défend sur ce point et précise que “le plastique contenu dans la tige est à 100 % du plastique recyclé et l’intégralité de la tige contient 50% de matériaux recyclés”.

Logo trompeur

Le logo utilisé pour cette campagne, composé d’un rond rappelant la terre avec la mention “End Plastic Waste” (Mettez fin aux déchets plastiques) est également épinglé par le plaignant. Ce dernier le juge trompeur : “ce n’est pas en achetant un produit fabriqué partiellement avec du plastique recyclé que l’on va “mettre fin aux déchets plastiques”. Si l’ARPP a validé cette publicité affichée du 24 mars 2021 au 6 avril 2021 sur les réseaux RATP et SNCF, le JDP donne raison au plaignant. “Si le plastique utilisé pour confectionner les baskets promues provient de la récupération de déchets plastiques abandonnés, en particulier dans l’océan, il est constant qu’il ne s’agit pas pour autant de plastique recyclable. En fin de vie, la basket jetée viendra donc abonder la masse des déchets plastiques non recyclés et, vraisemblablement, alimenter la pollution qui en résulte. Il ne saurait donc être prétendu que la commercialisation de ces chaussures constituerait un moyen d’« en finir » avec les déchets plastiques”, écrit le Jury dans son rapport.

Si le Jury n’est pas habilité à appliquer une sanction à adidas, il a pour objectif de sensibiliser les consommateurs sur leur interprétation des publicités. Pour faire la promotion de sa Stan Smith recyclée, adidas avait enrôlé en France, la chanteuse Lous and The Yakuza, l’actrice Adèle Exarchopoulos et le rappeur Dinos.

6 septembre 2021

Previous Article

Naomi Osaka annonce vouloir faire une pause dans sa carrière

Next Article

Cardi B et Offset annoncent la naissance de leur deuxième enfant

Related Posts